Je ne peux pas me passer de déodorant.

Sur mon étagère de la salle de bain, ne trônent pas un, mais quatre flacons de déodorants, tous différents. Je suis comme ça, je ne peux pas me résoudre à refouler du dessous de bras.

Quand je suis partie en catastrophe de San Fernando, parce que je ne pouvais plus supporter dormir dans un salon où mon intimité était bafouée, je suis partie avec un sac à dos, et une brosse à dents. Revenue à la capitale, je me suis engouffré dans un supermarché me procurer la précieuse fragrance chimique.

De cette épopée, j’ai perdu une bonne partie de ma bibliothèque ambulante, et non sans déchirement j’ai aussi abandonné une partie d’accessoires qui avaient fait un bout de chemin avec moi. Mais la situation ne se prêtait pas à revenir en arrière, on s’était déjà trop foutu de moi.

J’ai réussi à louer avec mes dernières économies un superbe appartement en plein centre, d’un jeune danseur parti en tournée en Europe, pendant un mois et demi. Un répit de courte durée.

Je me suis trouvé un bout de lino chez la pote d’une pote, un carré de vie froid et démodé, sentant la pisse de chat et le moisi, mais avec une bonne couette achetée deux sous sur Mercadolibre, j’ai pu survivre. De toutes manières, c’était en attendant de prendre un autre logement, avec un vrai lit, cette fois.

Pendant deux mois j’ai donc essayé de me convaincre de vouloir vivre avec cette personne pendant deux ans, avec peu de résultat. Les recherches d’appart sont tombées à l’eau, et je me retrouve sans le sou, par un malheureux concours de circonstance. J’ai du trouver un autre bout de lino pour passer mes nuits, mais juste en attendant. Alors, oui, pourquoi pas laisser la moitié des affaires dans le garde meubles? Le propriétaire ne nous a même pas laissées la dernière semaine pour nous retourner, et nous avons du en vitesse mettre tous nos trucs dans des sacs, cartons, et j’ai mis machinalement un flacon de déo dans un de mes sacs en partance pour le garde meuble.

Ce qui devait durer deux semaines a duré plus de deux mois, et je passe l’hiver entre les canapés, les lits, les maisons des potes. Jusqu’à ce que j’aie du dégager.

C’est à ce moment là que répertoire de contact a esquissé une lueur d’espoir. Un de mes amis qui bosse dans un hostel m’a dit qu’une chambre se libère, et qu’il se porte garant pour moi, jusqu’à ce que j’aie arrangé mes soucis d’argent. J’ai mis mon flacon de déo dans ma valise cette fois sûre que je vais le retrouver le soir, et je laisse mes affaires à l’hostel, il m’a dit que ce soir il valait mieux que je dorme chez lui, qu’il y avait pas de chambre de libre en ce moment.

Vers minuit, le taxi me déposait dans une ruelle puante de Congresso, et je sonnais pendant une demie heure chez lui. La batterie de mon téléphone semblait ne pas vouloir me soutenir, et avant la fin, je composais le numéro d’une amie, au hasard. Partie avec quelques culottes, mon laptop et un seul jean, je me retrouve à la rue, une fois de plus, sans déodorant.

Pendant une semaine, j’allais de sofa en matelas gonflable, jusqu’à ce que je reçoive un mail providentiel, disant qu’un appart m’attendait à l’autre bout de la ville.

La fin du cauchemar. Je vais pouvoir retrouver un endroit où rassembler mes sacs d’affaires, et mes flacons de déodorants. Tous à moitié pleins.

Parce que galérer, je veux bien, mais seulement si je peux sentir bon des aisselles.

Publicités

3 réflexions sur “Je ne peux pas me passer de déodorant.

    • Oui, des fois il faut pouvoir vivre des trucs pas très cool pour en vivre d’autres qui n’ont pas de prix. Tout n’est pas rose, mais au final, si j’avais le choix je recommencerais tout.

      (les photos de votre blog sont très très jolies)

      bon, je retourne martyriser votre fille. merci pour le commentaire ❤

  1. Pingback: Je ne peux pas me passer de déodorant - Français en Argentine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s